FIMStratégie éco

Vers le marché unique numérique

La Commission européenne a adopté une série de mesures pour accélérer le passage au numérique de l’industrie.

Environ 60 % des grandes entreprises européennes et plus de 90 % des PME ont le sentiment d’accuser un retard en matière d’innovation numérique, selon une étude du cabinet Roland Berger sur la préparation au numérique des entreprises. Entre 2000 et 2014, les investissements européens réalisés dans les produits liés aux TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) n’atteignaient qu’un tiers de ceux des États-Unis. Et le niveau des sommes engagées en recherche & développement par les entreprises européennes ne représente que 40 % de celui des sociétés outre-Atlantique.

La Commission européenne vient donc d’adopter une série de mesures pour favoriser le passage au numérique de l’industrie et stimuler l’investissement.

500 millions d’euros pour promouvoir les pôles d’innovation numérique 

« Elle prévoit d’engager 500 millions d’euros, d’ici 2020, pour promouvoir des pôles d’innovation numérique, par une meilleure collaboration et le partage de bonnes pratiques entre les clusters, et entre les États membres. », explique Benjamin Frugier, directeur exécutif, en charge du développement des entreprises et des projets.

La Commission prévoit également de concentrer les investissements en R&D dans des partenariats publics privés. Six existent d’ores et déjà dans les domaines des composants et systèmes électriques, du photonique, de la robotique, des réseaux 5G, du calcul haute performance et du big data.

Assurer la communication entre des milliards de dispositifs connectés

Autre élément essentiel, le cadre réglementaire et législatif évolue moins vite que la technologie, ce qui peut freiner l’innovation. La Commission s’engage à lancer dès cette année une initiative sur la libre circulation des données au sein de l’Union ainsi qu’à étudier les questions relatives à leur propriété, aux règles d’accès et à leur réutilisation. Elle propose également de se pencher sur la sécurité des systèmes autonomes et sur les problématiques de responsabilité afin de faciliter les essais à grande échelle et leur mise en oeuvre.

Un point fondamental pour le développement du véhicule autonome ou des robots collaboratifs, par exemple. Enfin, la Commission insiste sur la nécessité d’accélérer l’élaboration de normes communes dans cinq domaines stratégiques (5G, Cloud computing, Internet des objets, big data et cybersécurité). Objectif : définir des normes pour assurer la communication entre les dispositifs connectés (capteurs, appareils, équipements industriels…).

Print Friendly