Institut de SoudureTechnologie

Un indispensable contrôle

Sans contrôle fiable, il n’est pas de filière viable. Co-entreprise entre le groupe Institut de Soudure et le PPE (Pôle de Plasturgie de l’Est), Composite Integrity est un maillon essentiel de la chaîne de développement des composites en France. Elle est née de l’expertise complémentaire de ses deux parents : les matériaux composites pour PPE, et les contrôles non destructifs sur métal pour le groupe Institut de Soudure.
« Notre rôle est double, explique Jean-Pierre Cauchois, directeur général de Composite Integrity qui emploie une dizaine de personnes : d’une part, réaliser des contrôles de pièces en production pour les grands donneurs d’ordre ou les accompagner notamment au travers de la formation ; d’autre part, développer des technologies de contrôle non destructif qui puissent s’intégrer sans surcoût sur des lignes à haute cadence. » En s’appuyant sur ses propres équipements et sur ceux des plateformes du groupe Institut de Soudure, Composite Integrity travaille dans deux directions : les technologies qui tournent autour des ultrasons et de la thermographie, et celles qui visent à analyser la surface des pièces pour repérer des défauts pouvant avoir une conséquence sur leur « santé », quitte à contrôler ces défauts avec plus de précision, dans un deuxième temps. Cette technique est adaptée aux pièces de grande taille.
Installée depuis sa création en 2010 sur le Composite Park de Saint-Avold en Lorraine, l’entreprise ouvre une seconde antenne à Bordeaux, au sein du nouveau centre du groupe Institut de Soudure sur le site d’Aérocampus Aquitaine. L’aéronautique constitue bien sûr l’un des principaux clients de Composite Integrity. « Nous visons plus généralement tous les industriels des transports qui s’intéressent aujourd’hui aux matériaux composites et donc nécessairement à leur contrôle, indique Jean-Pierre Cauchois : automobile, ferroviaire, naval… Mais également, l’industrie qui les adopte de plus en plus souvent comme les fabricants de pipelines. »

Print Friendly