FIMPolitique industrielle

Louis Gallois : « Ne ratons pas la fenêtre de tir »

Au cours de l’assemblée générale de la FIM, le Président du conseil de surveillance de PSA, et ancien commissaire général à l’investissement prend la parole.

« Comme toutes les grandes ruptures, le numérique oblige à remettre les compteurs à zéro. C’est une chance pour nous, car nous avons des atouts, notamment nos ingénieurs, réputés pour leur expertise en mathématiques et recherchés dans le monde entier.

Les PME ne sont pas encore totalement engagées dans le numérique. Selon l’Observatoire social des entreprises, 70 % des chefs d’entreprises ne considèrent pas le numérique comme stratégique ou important. Nous assistons au même phénomène en Allemagne. Mais la sensibilisation progresse et l’initiative Industrie du Futur se développe de manière encourageante.

Le gouvernement a eu la sagesse et le bon goût de confier ce programme aux industriels et ces derniers ont eu le bon goût et la sagesse d’y associer les partenaires sociaux. C’est très important, car le programme Industrie du Futur aura un impact important sur le travail, l’emploi, la formation et le salariat qui va changer de forme.

Trois points posent encore problème. D’abord, le travail en commun. Nous sommes encore très loin de ce que font les Allemands. La coopération entre grands groupes et PME est encore insuffisante, de même que les partenariats avec les centres de recherche.

Ensuite, nous ne sommes pas leader dans le domaine de la standardisation. La France doit montrer ses besoins et exprimer ses préférences à Bruxelles, notamment dans le domaine clé de la cyber sécurité.

Enfin, je crains que nous ne surestimions les compétences actuelles dans le domaine du numérique et que nous ne sous-estimions les besoins en compétences qui vont apparaître. Je ne suis pas sûr que l’apprentissage et la formation professionnelle aient pris la mesure de l’enjeu.

Nous vivons une période clé, l’industrie peut y trouver dynamisme et compétitivité. Ne ratons pas la fenêtre de tir, c’est maintenant. Nous avons une aptitude au numérique, il faut y aller tous ensemble. Nous avons tous les atouts pour réussir ».

Print Friendly