FIMPolitique industrielleRéglementation & Normalisation

La FIM partenaire reconnu de la construction

Au moment où le secteur de la construction connaît des difficultés, le groupement de marché FIM Cobat s’engage au côté de cette profession, avec trois conférences sur la surveillance des marchés à l’occasion du Mondial du Bâtiment, et une sensibilisation des adhérents à la maquette numérique du bâtiment.

 

3,8 % pour le logement neuf ; ‑ 9,4 % pour le non-résidentiel neuf qui connaît sa pire année depuis 1998 ; + 1,7 % pour l’amélioration- entretien : la FFB (Fédération française du bâtiment) prévoit une baisse d’activité globale de 1,5 % en 2015. Du côté de la CAPEB (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment), les chiffres sont encore plus alarmants. « La construction neuve continue de souffrir d’une diminution des mises en chantier avec un repli de 10,5 %, soit 351 100 unités sur douze mois cumulés (…), à son plus bas niveau depuis 5 ans », peut-on lire dans la note de conjoncture de la confédération. Et la baisse des dotations de l’État aux collectivités territoriales n’arrange rien.

Prévenir toute concurrence déloyale 

C’est dans ce contexte économique morose que se tiendra le Mondial du Bâtiment (anciennement Batimat) du 2 au 6 novembre, au parc des expositions de Paris Nord Villepinte. Trois syndicats de FIM Cobat, le groupement de marché de la FIM sur le bâtiment, y animeront le 6 novembre entre 10h00 et 12h45 trois conférences sur la surveillance des marchés : le Cisma avec le SNAS, la FFMI et Profluid*. « La FFB s’inquiète de l’achat par les artisans et entreprises de produits non conformes, voire contrefaits, notamment par le biais des ventes sur Internet », explique Renaud Buronfosse, délégué général du Cisma. Si le matériel utilisé n’est pas conforme, les assurances sur les garanties décennales ne fonctionnent pas. Sans compter que certains produits, comme les disques diamantés, peuvent être dangereux pour les utilisateurs. La FFB essaye de sensibiliser ses adhérents. « De notre côté, nous souhaitons prévenir toute forme de concurrence déloyale », reprend Renaud Buronfosse. Avec la FIEEC (Fédération des industries électriques électroniques et de communication), la FIM apporte son concours à l’Octime (Observatoire contre les trafics illicites des matériaux et équipements de la construction), mis en place par la FFB.

La « carte vitale du bâtiment » 

Autre sujet important traité par le groupement de marché : le BIM (Building information model) qui a fait l’objet d’une réunion d’information à la Maison de la Mécanique le 25 mai dernier.

Chaque bâtiment sera doté d’une maquette numérique accessible sur tablette, sur laquelle il sera possible de visualiser tous les équipements. « Cette « carte vitale du bâtiment » facilitera les modifications en cours de construction, en harmonisant les pratiques, et permettra un meilleur suivi sur une période pouvant aller jusqu’à 70 ans, indique Romain Canler, délégué général de la FFMI. Cela suppose que les fournisseurs définissent des familles de produits et leurs caractéristiques, et numérisent leur catalogue. C’est pourquoi, nous sensibilisons nos adhérents. » Un enjeu d’importance : d’ici à 2017, le BIM devrait être systématiquement exigé dans tous les appels d’offres publics.

Retrouver le programme des 3 conférences du 6 novembre sur le site fim.net, en cliquant ici.

* Cisma : Syndicat des équipements pour la construction, les infrastructures, la sidérurgie et la manutention SNAS : Syndicat professionnel des abrasifs et superabrasifs FFMI : Fédération française des métiers de l’incendie Profluid : Association française des pompes et agitateurs, des compresseurs et de la robinetterie

Print Friendly