INERISTechnologie

Ineris, acteur clé de la valorisation des déchets

Compte tenu des évolutions réglementaires de ces dernières années, la question des déchets reste complexe à gérer pour les industriels. L’Ineris apporte son expertise pour les aider.

La gestion des déchets est encadrée par la directive européenne de novembre 2008. En 2015, la loi sur la Transition Energétique pour la Croissance Verte a introduit un engagement fort pour réduire leur production et promouvoir leur valorisation.

En premier lieu, avant d’envisager une filière de gestion, la dangerosité d’un déchet doit être évaluée suivant 15 propriétés de danger, dites propriétés « HP » : explosivité, toxicité, écotoxicité, caractère cancérigène, etc. Dans l’industrie mécanique par exemple, la plupart des huiles d’usinage ou des déchets provenant du traitement de surface des métaux sont des déchets dangereux.

L’Ineris a publié des guides pratiques accessibles sur son site pour conduire ces évaluations. « Mais, attention, précise Roger Revalor, responsable de l’unité Comportement des Contaminants dans les Sols et les Matériaux à L’Ineris, il faut bien distinguer le danger et le risque, et ce n’est pas parce qu’un déchet est dangereux qu’il n’est pas valorisable ». L’Ineris travaille justement sur la maîtrise des risques de certaines filières de valorisation de déchets : c’est le cas de l’accompagnement de la filière des DEEE (Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques), qui concerne des substances dangereuses mais qui présente cependant des enjeux de valorisation importants.

L’Ineris travaille également sur l’acceptabilité de certains déchets réutilisés dans des ouvrages du BTP, par exemple en remblais, sous-couches routières, produits de construction, etc. Pour cela, il s’est doté d’une plateforme d’essais baptisée Ardevie pour évaluer l’évolution du déchet dans le temps. Sur cette plateforme, ont été testés du ballast de chemin de fer, des laitiers d’aciéries, des pneus, des sédiments de dragage, etc. Autre exemple, depuis trois ans, l’Ineris étudie un procédé mettant en oeuvre des déchets riches en oxydes de fer pour piéger des polluants, procédé qui pourrait permettre le traitement des sols pollués et de certains effluents. L’Ineris aide aussi les industriels à sécuriser certains procédés de traitement, telle la méthanisation. Ses recommandations pour la maîtrise des risques de ce procédé sur l’environnement sont rassemblées dans un guide téléchargeable sur son site et des fiches de bonnes pratiques sont en cours de finalisation.

Enfin, l’Ineris assiste les entreprises qui souhaitent s’engager dans une démarche de sortie du statut de déchet. « Ainsi, nous finalisons un dossier concernant les déchets destinés à être utilisés comme combustibles, illustre Roger Revalor. Pour quitter le statut de déchet, il faut démontrer qu’il existe un marché viable, pérenne et que le déchet devenu produit ne présente pas de risque dans son usage ; dans ce cas, le cadre réglementaire « Déchets » n’est plus applicable, mais est remplacé par la réglementation spécifique aux produits, REACH en particulier ».

Print Friendly