Politique industrielle

« Donner à la mécanique toute sa place dans la filière automobile »

Être plus visible dans la filière automobile, peser davantage dans la Plateforme française automobile, développer le courant d’affaires des mécaniciens, notamment à l’international : tels sont les trois objectifs du comité de marché FIM Auto. Entretien avec Laurence Chérillat, responsable du comité de marché FIM Auto et François Liotard, président de FIM Auto.

Laurence Chérillat, responsable du comité de marché FIM Auto © Artema
Laurence Chérillat, responsable du comité de marché FIM Auto © Artema

MécaSphère : Quelles sont les nouvelles orientations de FIM Auto ?

Laurence Chérillat : Le comité de marché FIM Auto évolue, avec à sa tête un nouveau président François Liotard, directeur général de Lisi Automotive. Nous souhaitons rassembler tous les mécaniciens de l’industrie automobile, au sein de FIM Auto, pour donner à la mécanique toute sa place dans la filière aux côtés des constructeurs et des grands équipementiers. Autre objectif, être mieux connu et reconnu pour peser davantage au sein de la PFA (Plateforme française automobile). Cette dernière regroupe les constructeurs (Renault et PSA) et le CCFA (Comité des constructeurs français d’automobile), les grands équipementiers de rang 1 (Valeo, Plastic Omnium, Michelin et Faurecia) ainsi que la FIEV (Fédération des industries des équipements pour véhicules), la FIM, le GPA (Groupement plasturgie automobile), la FFC (Fédération de carrosserie industrie et services) et le SNCP (Syndicat national du caoutchouc et des polymères).

M. : Quelles sont les professions concernées ?

L.C. : Sont concernées les professions du décolletage, du découpage/emboutissage, de la forge et de la fonderie, de la mécanique géné- rale, du traitement de surface, des fixations, des roulements et des ressorts, etc. sans oublier celles qui équipent les usines (fabricants de machines, de matériels de manutention, etc. ). Le comité entend communiquer davantage sur les savoir-faire des mécaniciens.

François Liotard, président de FIM Auto et directeur général de la société Lisi Automotive ©DR
François Liotard, président de FIM Auto et directeur général de la société Lisi Automotive ©DR

M. : Quelles actions allez-vous proposer aux industriels ?

François Liotard : Nous souhaitons développer les courants d’affaires des adhérents des syndicats. Deux fois par an, nous réunirons les industriels autour de thèmes qui les pré- occupent. En novembre dernier, la réunion portait sur la qualité des relations clients/ fournisseurs dans la filière, la promotion du Centre de médiation de la filière automobile (CMFA) présidé par le Président de FIM Auto pendant un an et le développement international de la filière auto avec un focus sur l’Iran. La première rencontre de 2017 se focalisera sur les évolutions de l’automobile et leur impact sur les produits mécaniques.

M. : Prévoyez-vous des actions à l’international ?

F.L. : Effectivement nous voulons donner une dimension internationale à notre action en étroite collaboration avec la FIEV. Le marché de l’automobile est mondialisé et il faut que les mécaniciens accompagnent les grands équipementiers parmi lesquels se trouvent les champions français Faurecia, Michelin, Plastic Omnium et Valéo. Le comité proposera prochainement un programme 2017 d’initiatives à l’international menées avec la FIEV.

M. : Comment évolue le marché automobile ?

F.L. : Plutôt bien. De janvier à septembre 2016, le marché des voitures particulières neuves a progressé de 5,7 % en données brutes, et de 4,6 % à nombre de jours ouvrables identiques, par rapport à la même période de l’année dernière, selon les chiffres du CCFA. À noter la très forte progression des ventes de véhicules industriels de plus de 5 tonnes : + 16,2 %

Print Friendly