Business FranceStratégie éco

Bouverat-Pernat : « Un primo exportateur a besoin de contacts »

C’est en suivant ses clients en Allemagne et au Bénélux que Louis Pernat, Président de Bouverat-Pernat, une PME de 45 salariés spécialisée dans le décolletage, a franchi pour la première fois les frontières de l’Hexagone voilà une trentaine d’années. Depuis, l’exportation est devenue le principal axe de développement de son entreprise.

« Nous réalisons 40 % du chiffre d’affaires à l’étranger. Notre objectif est d’ atteindre les 60 % en deux ans, affirme Louis Pernat. Tout est fabriqué en France. Nous vendons par l’intermédiaire de nos bureaux commerciaux, en Amérique du Nord notamment, ou par le biais d’agents ».

Pour trouver de nouveaux débouchés, Louis Pernat privilégie la prospection des concurrents de ses clients. Une démarche souvent payante surtout en Amérique du Nord. Il utilise également les moyens mis à disposition par Business France, à l’image de cette mission en Suisse pour défricher quelques prospects. « Ce pays a beau être très proche, il n’est pas si simple que cela d’y faire des affaires, témoigne-t-il. Nous avons de bons clients sur lesquels nous pouvons nous appuyer, mais nous avons également de sérieux concurrents ».

Autre cible visée, la Scandinavie. Avec les bureaux de Business France, il a dressé un cahier des charges pour prospecter les salons pouvant l’intéresser, même s’il se « méfie des rencontres institutionnelles. Je préfère le B to B, le concret ». Comme le 1er forum d’affaires franco-russe organisé fin septembre par la CGPME Rhône-Alpes au World Trade Center de Moscou, au cours duquel il a bénéficié de rendezvous d’affaires. « Plus que d’aides financières, un primo exportateur a besoin de relationnel, de contacts, estime Louis Pernat. C’est particulièrement vrai en Amérique du Nord où le réseau fonctionne à plein. Je regrette que les grands groupes ne soutiennent pas mieux les PME, ne serait-ce qu’en leur proposant un bureau ». Louis Pernat a décidé de mettre son expérience au service de ses confrères qui se lancent dans l’aventure internationale en leur ouvrant son carnet d’adresses pour trouver un avocat, une banque, ou encore un local.

Print Friendly