Réglementation & NormalisationUNM

La norme comme argument de vente

Garantie de la qualité et souvent de la conformité à la réglementation, la norme permet de renforcer la confiance du client. D’où l’intérêt de participer à son élaboration. Illustration avec KSB, un grand de la robinetterie.

Sur les salons, Pascal Vinzio ne se déplace pas sans une plaquette sur la normalisation, rédigée avec l’appui de ses collègues du marketing, qui explique la politique de son entreprise en la matière.

C’est dire si le vice-président Recherche et Prédéveloppement Innovation de KSB croit en la normalisation comme argument commercial. Directement impliqué dans les travaux menés dans le cadre de l’UNM (Union de Normalisation de la Mécanique), il préside deux comités techniques européens.

RÉPONDRE À LA RÉGLEMENTATION

« Dans beaucoup de cas, la réglementation s’appuie sur les normes, indique Pascal Vinzio. Être acteur en normalisation, c’est s’assurer que nos produits répondent et répondront à des référentiels et à la réglementation. » Exemple : la directive européenne sur les équipements sous pression (DESP) a généré des révisions de norme concernant directement la robinetterie. Garantir la même qualité de produits quel que soit le lieu de fabrication ou de commercialisation, et leur compatibilité partout dans le monde : l’argument porte auprès des clients. Ces derniers sont assurés que la pompe achetée s’assemblera bien avec son moteur et qu’elle sera interchangeable avec celle d’un autre constructeur. De même pour le robinet et son actionneur. Autre intérêt de participer aux travaux de normalisation : cela permet de garder de l’avance par rapport à ses concurrents.

Ainsi, la directive européenne EcoDesign fixe des exigences minimales en matière d’efficacité énergétique auxquelles doivent répondre les pompes et les moteurs. En participant aux travaux de normalisation pour répondre aux exigences imposées par la directive, KSB a développé des solutions innovantes. Résultats : ses produits répondent au niveau technique fixé par la réglementation.

PORTER UNE INNOVATION TECHNOLOGIQUE

L’enjeu est d’autant plus important que, au niveau mondial, nombre de pays émergents s’impliquent de plus en plus dans les groupes de travail et les comités techniques. Cette présence renforcée pourrait remettre en cause des équilibres et les acquis des normes actuelles. D’où l’intérêt de veiller au grain. Enfin, la normalisation se révèle essentielle pour porter une innovation technologique sur le marché.

Elle donne confiance aux clients enclins à choisir des solutions éprouvées pour limiter les risques dans leurs installations. « Cela vaut pour les produits mais également pour les procédés. Par exemple, nous assistons au développement de la fabrication additive qui entre dans une phase active d’industrialisation. Mais, il faut se mettre d’accord sur la terminologie, sur les règles de construction, sur les matières utilisées et sur leurs performances. Autant de travaux techniques qui doivent déboucher sur une transposition normative. »

 

KSB en bref
Avec un chiffre d’affaires de plus de 2,2 milliards d’euros et plus de 16 000 collaborateurs, le Groupe KSB compte parmi les plus grands constructeurs mondiaux de pompes, robinetterie et systèmes. En France, il réalise 300 millions d’euros de chiffre d’affaires et dispose de trois usines à Lille, Châteauroux et La Roche Chalais. Il emploie plus de 1 200 salariés
Print Friendly